TOMBES DE PERSONNALITES

AU CIMETIERE DE BOIS-LE-ROI

 

P1130772

P1130774

P1130791

Le cimetière de Bois-le-Roi situé non loin de l’église, contient un grand nombre de tombes de personnalités intéressantes.

 

Nous allons commencer notre visite par les tombes d’artistes, qui y sont majoritaires

(une actrice, deux musiciens et cinq peintres) :

 

 Musidora 

P1130802 

P1130801

Née en 1889, Jeanne Roques dite Musidora, commence une carrière de comédienne puis devient danseuse aux Folies Bergères ; elle y rencontre Colette avec qui elle se liera d’une tendre amitié qui durera jusqu’à sa mort en 1957.

Louis Feuillade l’engage pour la Gaumont : ce pionnier du cinéma muet la révèle en 1915 dans « les Vampires » et en fera sa vedette préférée. Elle devint ensuite la deuxième femme française réalisatrice de cinéma et tourna une dizaine de films. Nouvelliste, poète, auteur de chansons, romancière, conférencière… le dessin, la peinture… Musidora avait plus d’une corde à son arc…

affiche musidora

 


 

Olivier Métra

P1130787

P1130785

Fils de l’acteur Jean Baptiste Métra, Olivier Métra monte très tôt sur scène avec son père. En 1842, il fait ses débuts au Théâtre Comte. En outre, il apprend le violon et joue, dès l'âge de 19 ans dans un bal du boulevard Rochechouart. Sur les conseils d'un musicien d'orchestre, il suit les cours d'Antoine Elwart au Conservatoire de Paris, où il obtient un premier prix d’harmonie.

Dès 1855, il dirige l'orchestre du Bal Mabille. Pendant cette période, il acquiert une grande popularité grâce à des valses, comme Le Tour du Monde, la Valse des Roses, Gambrinus, et La Nuit La sérénade. De 1872 à 1877, il dirige notamment les bals de l’Opéra Comique, l'orchestre des Folies Bergères, pour lequel il a composé plusieurs ballets. De 1874 à 1876, c'est au tour des bals du Théâtre de la Monnaie à Bruxelles et, finalement, ceux de l’Opéra de Paris, aux côtés de Johann Strauss II.

A Bois-le-Roi il fait édifier une villa en bord de Seine qu’il nomme du nom de sa célèbre valse« les roses ».

les roses olivier_metra

 


 

 

Maurice Alexander

P1130825

P1130827

Maurice Alexander, de son vrai nom Louis Tumarel, est un accordéoniste, compositeur et chef d’orchestre, né à Paris en 1900 et mort en 1980. Il grave de nombreux disques 78t et signe de nombreuses compositions. Sa particularité réside dans le fait qu'il n'utilise que deux doigts pour jouer à la main droite. Il est notamment l'accompagnateur de la chanteuse Fréhel.

Pour écouter Maurice Alexander : https://www.youtube.com/watch?v=vMH8FoNxYoI

pochette disque maurice alexander

 


 

 

Georges Moreau de Tour

P1130788

P1130840

Georges Moreau de Tours, est un peintre français né le 4 avril 1848 à Ivry-sur-Seine et mort le 12 janvier 1901 à Bois-le-Roi.

Georges est le fils du psychiatre Jacques-Joseph Moreau dont il réalise le portrait, et le frère du psychiatre Paul Moreau de Tours. Il fait son droit et ce n'est qu'après la guerre de 1870 qu'il décide de se lancer pleinement dans la carrière de peintre.

Il entre en 1865 à l'école nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris où il est l'élève d’Alexandre Cabanel. Il est aussi l'élève de Gustave Marquerie. Il est récompensé d’une 2ème médaille au Salon de 1879 et participe à l'exposition universelle de 1889 où il reçoit une Médaille d'argent.

Décoré de la Légion d’honneur en 1892, il épouse Thérèse de Champ Renaud, une de ses élèves.

On peut admirer ses œuvres dans les musées de Nantes, Tours, Evreux, Saintes, Le Mans, Quimper, Laval, Dinan, à l'Ecole Polytechnique de Palaiseau et à la mairie du 2ème arrondissement de Paris.

 


 

 

Charles Castellani

P1130848

P1130849

Charles Castellani-Leonzi, né à Bruxelles le 26 mai 1838 et mort à Bois-le-Roi le 1er décembre 1913, est un peintre et auteur dramatique naturalisé français en 1874.

Il est célèbre pour ses panoramas réalisés dès 1880 dans ses ateliers de Molenbeck (Bruxelles), dont le fameux « Panorama de Waterloo ».En 1889, son « Tout Paris » composé de plus de mille personnalités du monde parisien, réalisé pour l’Exposition universelle à l’Esplanade des Invalides, fut un énorme succès.

En 1896, il part au CONGO avec la mission Marchand, pour le compte de l'Illustration.

Il raconte les étapes, la route des caravanes de Loango à Brazzaville, puis le trajet en vapeur jusqu’à Bangui. Il ne s’entend pas avec Marchand et rapporte assez d'informations pour intéresser ses lecteurs. Il écoute alors les conseils du chef de poste Paul Comte qui  l'engage à retourner en France où il prépare un tableau représentant le départ de Bangui de la mission Marchand en pirogues. Il dessine les portraits de nombreux membres de la mission comme le capitaine Baratier, Marchand lui-même, d’aventuriers comme Fredon, de personnages divers rencontrés pendant les mois passés en Afrique.

 


 

 

Fernand Decoprez

P1130776

P1130777

Fernand Decoprez naît à Rouen en 1860 et meurt en 1906 à Bois-le-Roi.

Il expose régulièrement au Salon d’automne au grand Palais des Champs Elysées à Paris.

Il est également illustrateur de livres : « Côtes bretonnes du Mont St-Michel à Lorient» de Ch-F Aubert (1885) « Excursions normandes, Rouen et ses monuments » de J. Girieud (1899).

 


 

 

Georges Lecaron

P1130833

P1130835

Élève de Jean-Paul Laurens, professeur à l'Académie Julian dans les années 60, Georges Lecaron est cousin de Jacques-Émile Blanche qui l'encourage dans sa vocation dès son jeune âge de quatorze ans. Il apprend son métier dans l'atelier de René-Xavier Prinet. Il choisit d'être figuratif, narratif, paysagiste et portraitiste. Ses dons de coloriste, ses recherches sur la lumière et la couleur font évoluer sa peinture vers une simplification des formes, vers l'essentiel.

Son oeuvre comporte environ cinq cent tableaux, pastels, dessins et aquarelles. Il s'essaye également à la fresque, au vitrail, et réalise de nombreux décors et costumes de théatre et d'opéra.

 


 

 

Une petite colonie de religieuses et religieux peuple ce cimetière, d’abord en un enclos original surmonté d’une Vierge, où une douzaine de noms sont gravés :

P1130803

P1130806

 

puis la tombe d'un chanoine :

 

Albert Beaussant

P1130852

P1130854 

Surtout connu à Veneux-lès-Sabons où il est curé pendant 31 ans (jusqu'à son décès),

on peut retracer ainsi la vie de prêtre d'Albert Beaussant :

- 29 Juin 1899 : ordonné prêtre à Meaux

- 1899-1902 : vicaire à St-André de Chelles

- 1902-1903 : vicaire à St-Ayoul de Provins

- 1903-1920 : curé de Ste-Colombe de Servon

- 1920-1952 : curé de St-Philippe et St-Jacques de Veneux-lès-Sablons.

Il porte le titre honorifique de Chanoine.

chanoine albert beaussant

 


 

 

La partie littéraire est représentée par deux personnalités :

 

Louis Davyl

P1130841

P1130843

Né à Ancenis en 1835, Louis Davyl est d’abord imprimeur à Paris. Ayant racheté l’imprimerie du Sénat et du Corps législatif, il publie nombre d’éditions remarquables par leur perfection typographique et restaure en France l’usage des caractères elzéviriens.

Auteur dramatique, ses pièces sont jouées à la Gaîté, l’Odéon, la Porte St-Martin, il publie aussi plusieurs romans : Les abandonnés, Mon ami l'assassin, La toile d'araignée, 13 rue Magloire...

Il écrit également un opéra-comique « Galante aventure » sur une musique d’Ernest Guiraud (1882).

Il collabore au Figaro sous le pseudonyme de Pierre Quiroul.

livre davyl

 


 

 

Gustave Mathieu

P1130792

Gustave Mathieu est un poète, chansonnier et goguettier français né à Nevers en 1808.

Il quitte la Nièvre pour s'installer à Paris où il fréquente les goguettes.

Au début du Second Empire, il ouvre un cabaret à l'enseigne de Jean Raisin. C’est là qu’on vient écouter ses poèmes et ses chansons satiriques : La Légende du Grand Étang, Jean Raisin, Le Triomphe du vin, Chanteclair, La Chasse du Peuple, Monsieur Capital, Le Retour des hirondelles... Il fonde en 1854 L'Almanach de Jean Raisin, revue joyeuse et vinicole ; puis il publie, de1866 à sa mort, Le simple almanach de Mathieu de la Nièvre. En 1871 il se retire à Bois-le-Roi où il vit ses dernières années.

Gustave Courbet peint son portrait en 1869.

 


 

 

La médecine et les sciences sont également présentes :

 

André Lemaire

P1130816

P1130817

André Lemaire est un docteur en médecine, agrégé de médecine .

- Ancien responsable de service de médecine générale à orientation digestive.

- Ancien secrétaire perpétuel de l'Académie nationale de médecine.

- Ancien doyen de la Faculté de médecine Saint-Antoine .

André Lemaire est l’auteur de près de 400 publications.  Parmi celles-ci, il convient de signaler un ouvrage sur les « stimulines hypophysaires », ainsi que de très nombreux travaux portant principalement sur la pression du liquide céphalorachidien, la circulation sanguine, le traitement des artérites des membres inférieurs, les variations de cholestérol sanguin et la signification pathologique de celui-ci, ainsi que d’autres articles sur la pathologie et la thérapeutique des maladies du foie, des voies biliaires et de l’appareil digestif.

A la demande du Ministère des Affaires étrangères, il réalise de nombreuses missions tant en Afrique qu’en Extrême-Orient. Il est le fondateur des « Journées médicales d’Afrique noire » 

Il est Commandeur de la Légion d’Honneur et Grand Officier de l’Ordre du Mérite.

 


 

 

Raymond Charonnat

P1130818

P1130821

P1130819

Raymond Charonnat (né en 1894) est Professeur de chimie à la Faculté de pharmacie de Paris. Président de la société technique pharmaceutique, Membre de l'Académie de pharmacie (1944) et de médecine (1955). Il décède accidentellement en Grèce en août 1957.

Il laisse de nombreux ouvrages scientifiques.

 


 

 

Paul Langevin

P1130824

P1130823

Paul Langevin, né à Paris 18e le 23 janvier 1872 et mort à Paris 5e le 19 décembre 1946, est un physicien, philosophe de sciences et pédagogue, professeur au Collège de France, connu notamment pour sa théorie du magnétisme, et l'introduction de la théorie de la relativité d’Albert Einstein en France.

En 1905, il fait des expériences sur les ions de l’atmosphère depuis la tour Eiffel et à l’observatoire du Pic du midi. Ami proche de Pierre et Marie Curie, il dirige à partir de 1920 le Journal de Physique et du Radium.

Il est également président du Groupe français d’éducation nouvelle de 1936 à 1946, chargé en 1946 de la réforme de l’enseignement qui est ensuite connue sous le nom de plan Langevin-Wallon.

Ses cendres sont transférées au Panthéon en 1948.

 


 

 

Le monde de l’architecture, de l’armée et de la justice est aussi représenté :

 

Louis Périn

P1130810

P1130809

Louis Périn naît le 18 février 1871 à Paris. Après des études de droit, il s'inscrit à l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts, et acquiert son diplôme d'architecte le 12 juillet 1900. La même année, il participe à l'exposition universelle où il reçoit un diplôme commémoratif.

En 1902, Louis Périn est nommé officier d'Académie par Georges Leygues, ministre de l'instruction publique et des Beaux-Arts. En 1937, il est nommé au grade de chevalier de la Légion d’Honneur.

Louis Périn exerce l'essentiel de sa carrière dans la capitale. On lui doit de nombreux immeubles des 14e , 5e et 6e arrondissements de Paris, notamment l'immeuble du no 2 de la rue Guynemer dont il occupe pendant plusieurs années le majestueux appartement du 5e étage. Cet immeuble remarquable, de style Louis XIII, est réalisé en 1914.

Il est appelé, d'autre part, à restaurer le Théâtre Français, aujourd'hui la Comédie-Française.

Louis Périn découvre Bois-le-Roi grâce aux Boutillier, ses beaux-parents. Ceux-ci sont propriétaires de la villa Chante-Merle, belle demeure des bords de Seine. Il tombe sous le charme des lieux et y construit plusieurs villas bourgeoises.

 

Façade du 2 rue Guynemer, Paris 6e, Louis Périn, 1914

Façade du 2 rue Guynemer à Paris 6ème, Louis Périn 1914.

 


 

 

Roger Barberot

P1130795

P1130797

Jeune officier de Marine, Roger Barberot décide, en 1940, de rejoindre la France Libre pour combattre aux côtés du Général de Gaulle. La guerre finie, ce capitaine de Frégate sera l’officier de marine français le plus décoré de la Seconde Guerre mondiale. Doté d’un fort caractère, alors qu’une carrière militaire brillante s’ouvre à lui, il quitte la Marine en 1947 pour devenir militant au RPF. Il est rappelé en Algérie et devient Colonel puis ambassadeur de France. Il fait souvent l’objet des feux de l’actualité car il n’est pas homme à se taire. En 1972, il retrace sa vie militaire dans son livre autobiographique «A bras le Cœur». Il y consacre un chapitre à sa maison de Bois-leRoi, située rue de Tournezy, où avec Monique, sa femme, il y accueille de 1947 à 1953 amis et camarades de guerre .

livre barberot

 


 

 

Jean-Pierre Dintilhac

P1130829

Né le 15 mars 1943 à Paris et entré dans la magistrature en 1973, Jean-Pierre Dintilhac est directeur de cabinet du ministre de la Justice socialiste Henri Nallet (1990-1991) et termine sa carrière en 2008 comme président de la deuxième chambre civile de la Cour de cassation (2006-2008). Il avait auparavant exercé les fonctions de directeur de l’Administration pénitentiaire (1988-1990), de directeur de la gendarmerie nationale (1991-1993), d’avocat général près la Cour de cassation (1994-1998), de Procureur de la République de Paris (1998-2002).

Il donne son nom à la nomenclature "Dintilhac". Il s’agit d’une classification des préjudices normalisée qui sert à l’évaluation et donc à l’indemnisation des préjudices corporels.

Jean-Pierre Dintihac est officier de la Légion d’honneur et commandeur de l’Ordre national du Mérite.

livre dintilhac

 


 

 

Et comme dans tout cimetière voici quelques œuvres d’art ou originales :

 

1

2

3

4

5

 


 

 

- Texte et photos Jean-Michel SAINCIERGE, novembre 2017 -

(Les photos autres que celles des tombes ont été trouvées sur internet)

 

-Tous droits réservés-
Conformément aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle,
les photos et les textes sont protégés par le Droit d'Auteur.

= = = = = = = = = = = =

 

Sources :

Site de la ville de Bois-le-Roi

Site des cimetières landrucimetieres.fr

Sites commissaires-priseurs ventes tableaux

Site académie Royale de médecine de Belgique

Site Bibliothèque Nationale de France data.bnf.fr

Site BIU Santé Paris

Site académie Julian

Site Archives Départementales 77

Site archive.org

Wikipédia