Le cimetière de Thomery :

les acteurs du passé culturel

et viticole du village

= = = = = = = =

 

 

 1

 2

 3

L’actuel cimetière de Thomery, ouvert le 1er octobre 1897, est configuré comme celui de Fontainebleau : en pente à l’orée de la célèbre forêt.

En se promenant dans ses allées ont peut découvrir tout le passé culturel et viticole du village.

 5


 

Le passé culturel

 

1 

2

Fils du compositeur Louis Gregh, Fernand Charles Félix GREGH (1873-1960) poursuit ses études au lycée Michelet, puis à Louis-le-Grand et à Condorcet, où Marcel Proust est son condisciple.

Poète avant tout, il publie dès 1896 nombreux recueils parmi lesquels on compte La Maison de l’Enfance, La Beauté de vivre, Les Clartés humaines, L’Or des minutes, La Chaîne éternelle, La Couronne douloureuse, Couleur de la vie, La Gloire du cœur. Il est aussi l’auteur d’essais critiques : La Fenêtre ouverte, Étude sur Victor Hugo, L’œuvre de Victor Hugo, Portrait de la poésie française de Chénier à Verlaine, Portrait de la poésie moderne de Rimbaud à Paul Valéry. Enfin Fernand Gregh publie plusieurs volumes de souvenirs : Mon amitié avec Marcel Proust, L’Âge d’airain, L’Âge d’or.

En 1926, il est premier titulaire chargé de cours de la chaire Victor Hugo à la Sorbonne.

Président de la Société des Gens de lettres de 1949 à 1950, Fernand Gregh est élu à l’Académie française le 29 janvier 1953, et reçu sous la coupole le 4 juin 1953 par Jules Romains.

Il est nommé chevalier de la Légion d’honneur en 1905, promu officier en 1913 puis commandeur en 1935. Il est en outre officier du Christ du Portugal et commandeur de l’Etoile Roumaine.

 

Harlette Mathilde Flore Emma Odette HAYEM épouse Gregh (1881-1958) poétesse et écrivaine, laisse un recueil de poésies  Jeunesse couronné par l’Académie Française et un roman Vertige de New-York  qui a obtenu le Prix Stassburger. Sous le pseudonyme de Claude Ascain, elle collabore à de nombreuses revues littéraires.

A partir de 1907 elle est membre du comité du Prix Fémina. Elle est nommée chevalier de la Légion d'honneur en 1937.

Fernand et Harlette Gregh possédaient leur résidence secondaire à Thomery au hameau de By ; la villa de Bois Bliaud où ils ont reçu nombre de personnalités.

3

Ils ont eu 2 enfants qui reposent également dans cette tombe: François-Didier, maire de Thomery de 1947 à 1951 (haut fonctionnaire, il a été ministre d’Etat de Monaco de 1969 à 1972), et Geneviève épouse de Maurice Druon.

 


 

 1

2

 3

4

Peintre de formation élève de Constant Dutilleux, Eugène CUVELIER (1837-1900) s’initie à la photographie auprès de son père, Adalbert Cuvelier peintre et photographe amateur, ami de Delacroix et de Corot.

Par l’intermédiaire de ce dernier, il découvre la forêt de Fontainebleau et se lie d’amitié avec Théodore Rousseau et Jean-François Millet. En 1856 à l’âge de dix neuf ans, il visite Barbizon. En 1859, il épouse Louise Ganne, la fille du propriétaire de l’auberge où se retrouvent les artistes de Barbizon. Camille Corot est son témoin, Jean-François Millet et Théodore Rousseau, ses garçons d'honneur.

Il explore la forêt de Fontainebleau, acquérant une connaissance intime des lieux qui lui permet d’offrir des vues d’un Fontainebleau méconnu et sauvage. Il présente en outre une vision très diversifiée de la forêt, en utilisant la technique du calotype, puis du négatif au collodion. L’œuvre de Cuvelier est exceptionnelle par son abondance et recense plusieurs centaines d’images.

Des tirages à partir de ses négatifs ont été exposés à la Société Française de Photographie en 1864, 1869 et 1870.

Il est décédé à Thomery le 31 octobre 1900.

Les photographies d'Eugène Cuvelier sont redécouvertes au début des années 1980 et font notamment l'objet d'expositions à la Bibliothèque nationale de France (1991), au Metropolitan Museum of art de New York (1996) à Stuttgart (1996) et au Musée d'Orsay (1997).

 


 

1

 2

Fils d’un maître-verrier, Francis GRUBER (1912-1948) travaille le dessin dès l’âge de 12 dans l’atelier de son père, et à 17 ans il suit les cours de peinture à l’Académie Scandinave. En 1930, soutenu par son père, il se fait connaître en participant aux salons des Tuileries et d’Automne.

Ami de Louis Aragon et des frères Giacometti, il fait partie du comité directeur du Bulletin des peintres et sculpteurs de la Maison de la Culture et continue a participer à de multiples expositions, notamment à la Galerie Friedland.

En 1947 il obtient le Prix National de peinture décerné par la Direction Générale des Arts et Lettres.

Grand asthmatique depuis sa jeunesse, dépressif (il détruit parfois ses œuvres) on lui diagnostique la tuberculose vers 1943. Pour pallier à son état de santé, il s’installe avec son épouse à Thomery au logis « le Vieux Château », loin de l’agitation parisienne. C’est là qu’il peindra une de ses plus belles œuvres « le lit rouge » (1944), les nombreux paysages de la forêt de Fontainebleau et les écluses sur la Seine.

Le jour de ses obsèques au cimetière de Thomery, Louis Aragon prononce l’oraison funèbre. Sur sa tombe figurait une discrète sculpture d’Alberto Giacometti aujourd’hui disparue.

On peut admirer certaines de ses œuvres :

-au musée d’art moderne de la ville de Paris

-au musée d’art moderne de Saint-Etienne

-au musée des beaux-arts de Dijon

-au musée des beaux-arts de Nancy

-au musée d’art de Clermont-Ferrand

-au musée national d’histoire et d’art du Luxembourg

 


 

 1

 2

Le peintre Charles Victor BOURDON (1824-1897) travaille dans l'atelier de sa villa « Le Bois Bliaud » au hameau de By, propriété qu’il vend en 1873 au poète Fernand Gregh.

 


 

1

 2

Antoine François Jules Grivot dit Pierre GRIVOT (1834-1912), artiste lyrique, est connu principalement sous le seul nom de Grivot. Il se produit aux théâtres Molière, Montmartre, des Batignolles, de la Gaîté, de la Renaissance, au Théâtre-Lyrique, aux Variétés et enfin à l’Opéra-Comique où il s'illustre comme ténor et où il crée pendant 25 ans de nombreuses œuvres de Jacques Offenbach, Léo Delibes, Jules Massenet ou André Messager.

Pierre Grivot épouse Marie Laurent en 1866. Ils acquièrent une maison à Thomery au hameau de By où ils deviennent amis de leur voisine Rosa Bonheur.

Après la guerre de 1870 ils entreprennent une tournée en province avant de s'embarquer pour Le Caire où ils passent une saison en 1872 et 1873.

Marie LAURENT épouse Grivot dite Laurence Grivot (1843-1890) est d’abord une diva d’opérette qui chante à la Gaîté, aux Variétés, à la Renaissance, aux Bouffes-Parisiens (elle est une interprète régulière de Jacques Offenbach) avant de devenir en 1880 une artiste dramatique au Gymnase et à l’Odéon.

Elle décède prématurément d’un cancer de l’estomac dans sa propriété de By. Plusieurs chanteurs de l’Opéra-Comique chantent pendant sa messe d’enterrement à l’église de Thomery, et au cimetière le président de la Société des Artistes Dramatiques prend la parole.

 


 

 4

 


 

Le passé viticole

 

1

2

Jean Baptiste LARPENTEUR (1774-1855) viticulteur, invente en 1848 la conservation à rafle fraîche .

La méthode consiste à cueillir les grappes avec un morceau de sarment et à plonger celui-ci dans l’eau , ce qui permet de conserver le chasselas d’octobre à avril, voire mai (procédé repris et amélioré par Baptiste Rose Charmeux)

 


 

 1

2

3

4b

Baptiste Rose CHARMEUX (1819-1899) horticulteur, pépiniériste, producteur de chasselas (médailles d’or aux expositions universelles de 1867 et 1878), met au point vers 1850 un nouveau mode de conservation des grappes de raisin. Après leur cueillette, les sarments des grappes trempent dans des petites bouteilles remplies d'eau qui sont ensuite mises en chambre à raisin dont la température est régulée. Ce procédé est breveté en 1877.

En 1863 il écrit un ouvrage « Culture du chasselas à Thomery ».

Maire de Thomery de 1854 à 1888, il est nommé chevalier de la Légion d’honneur en 1878, sa médaille lui est remise par Napoléon III en personne au château de Fontainebleau.

 


 

 1

2

3 

Etienne SALOMON (1847-1917) rachète au producteur renommé de chasselas Baptiste Rose Charmeux son exploitation (serres et collections de cépages) en 1879.

Avec son fils René (1871-1949) ils font prospérer l’entreprise : ils sont à la fois producteurs de chasselas et de pêches de luxe, et pépiniéristes (leur catalogue comprenait un nombre impressionnant de variétés de vignes). Le jardin Salomon que l’on peut visiter librement de nos jours à côté de l’église abrite 3 serres qui ont été conservées et restaurées, vestiges de cette florissante exploitation.

Leur travail est récompensé par des Prix (Expositions universelles Paris 1889 et 1900, Hambourg 1897, Bruxelles 1897 et 1910, Liège 1905, Milan 1906) deux médailles d’or à Saint-Petersboug en 1896 et 1899 et la Wilder’s silver medal aux Etats Unis en 1901.

Maire de Thomery de 1898 à 1900, Etienne Salomon est nommé chevalier de la Légion d’honneur en 1885 et promu officier en 1900.

Maire de Thomery de 1925 à 1940, René Salomon est décoré de la Croix d’officier du Mérite Agricole en 1903 et nommé chevalier de la Légion d’honneur en 1908, promu officier en 1927.

 

 


 

 6

 


 

Les autres personnalités

 

Quelques anciens maires (avant 1950)

 

1

2 

Raisin MICHIN maire de 1840 à 1846

 

1b

2 

Louis Etienne PROU maire de 1846 à 1853

 

1

2

Charles CARDON maire de 1853 à 1854

 

1

2

Lucien VALLEAUX maire de 1892 à 1898

 

 1

2

Eugène BEZOU maire de 1900 à 1914 et de 1918 à 1925

 

1

2

Auguste DUBOIS maire de 1917 à 1918

 

1

2

André WERKEYN maire de 1940 à 1942

 

1

2

Henri LAVALLEE maire de 1945 à 1946

 

Sans oublier les maires cités précédemment : Baptiste Rose Charmeux, Etienne Salomon, René Salomon et François-Didier Gregh.

 


 

Deux anciens curés

 

1 

2

L’abbé Louis DEPAUX (1852-1903) est curé de Thomery de 1877 à 1903. Par ailleurs musicien, excellent maître de chapelle, il fait don de 2 vitraux que l'on peut admirer dans l'église : Sainte Cécile et Saint Louis.

 

 1

2

L’abbé Roger HORN (1913-1972) est curé de Thomery de 1961 à 1972. Spécialiste du passé religieux de la commune, il écrit de nombreux articles.

 


 

Des militaires

 

1

2

François Dominique CHARMEUX (1815-1897) capitaine de cavalerie, médaille de S.M. la Reine d’Angleterre au Siège de Sébastopol, est nommé chevalier de la Légion d’honneur en 1855. 

Il est propriétaire du Vieux Château où il plante en 1856 un conifère toujours visible de nos jours, rapporté dans sa poche de la guerre de Crimée. 

Il est également membre du conseil municipal et dès 1890 il fait un rapport relatif au déménagement nécessaire de l’ancien cimetière. Ce transfert ne se fera qu'en 1897.

 

 1

2

Louis François Guillaume MEZIERE (1784-1855) ancien militaire est nommé chevalier de la Légion d’honneur en 1830.

 

1

 2

René Achille COURTEAU (1886-1918) lieutenant des Chasseurs à pied au 273e Régiment d’infanterie, est tombé au Champ d’honneur dans la Marne le 15 juillet 1918. Croix de guerre avec palme, il est nommé chevalier de la Légion d’honneur à titre posthume.

 

 1

2

André Ernest LEROY (1895-1918) soldat de 2ème classe au 38e Régiment d’infanterie est mort pour la France le 17 juillet 1918 dans la Marne. Croix de guerre avec palme, il est nommé chevalier de la Légion d’honneur à titre posthume.

 


 

Deux médecins

 

1

2 

Xavier Stanislas HUBIN (1814-1897) docteur en médecine.

 

 1

2

Charles Emile LEFEVRE (1848-1927) médecin, chef de l’hôpital de Fontainebleau, conseiller général à partir de 1898, est maire de Fontainebleau de 1903 à 1912. Il est également  président de la Société Symphonique de Fontainebleau. En 1923 il est nommé chevalier de la Légion d’honneur.

 


 

Un ingénieur de l'Armement

 

1

2

Pierre Alexandre RODIER (1887-1967) diplômé ingénieur des Arts et Métiers, devient ingénieur général à la Direction des Etudes et Fabrications d’Armement. Il effectue de nombreuses missions techniques à Londres dans le cadre de l’Otan. Il a le grade de lieutenant-colonel. 

Il est nommé chevalier de la Légion d’honneur en 1957 et est décoré de la Médaille d’honneur du Travail et de la Croix de Saint-Georges (Russie).

 


 

 7

 


 

Les curiosités et oeuvres d'art

 

1

2

 3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

 


8 

 

- Texte et photos Jean-Michel SAINCIERGE, octobre 2018 -

 

-Tous droits réservés-
Conformément aux dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle,
les photos et les textes sont protégés par le Droit d'Auteur.


 

Sources

 

Thomery éditions du Paroi 1970

Revue de Moret et sa région, spécial Thomery 1997

Promenades dans Thomery Michel Pons 2012

L’église de Thomery Michel Pons 2016

 

annuaire-mairie.fr anciens maires thomery

memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr

international center of photography

culture.gouv base Léonore

archives.seine-et-marne.fr

académie-francaise.fr

landrucimetieres.fr

francis-gruber.fr

musee-orsay.fr

gallica.bnf.fr

data.bnf.fr

wikipedia